Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

A Headless Horse - Belong / The Moon Into Blood

 

headless.jpg

Label : /

Sortie : 14/10/19

Format : MP3

Disponible : En dessous

En écoute

 

Bon, voilà, j'étais tranquillement en train de choisir les groupes pour un prochain Bandcamping Sauvage (4 ans après le premier, oui je suis du genre rapide) quand je me suis mis à écouter en boucle le premier single de A Headless Horse qui devait, ordre alphabétique oblige, figurer en premier sur ce billet. Et que je me suis dis qu'une telle merveille méritait définitivement mieux qu'une mention dans une note collective...

 

Aucun nouveau groupe ne m'a plu avec autant d'immédiateté depuis Basement Revolver (il y a 3 ans déjà...)(on évoquera l'excellent nouvel EP bientôt) et personne n'a réussi à me foutre de tels frissons à la première écoute depuis Esben & The Witch (c'était il y a 10 ans, les débuts de dlmds....). Pourtant j'en ai écouté des trucs pendant cette décennie, mais très peu ont réussi à me provoquer ce genre d'émotions...

 

La longue montée instrumentale de 'Belong' est trompeuse car elle pourrait faire penser que A Headless Horse est juste un groupe de post-rock de plus. Mais dès que le chant apparait, on rentre dans un autre univers, aussi mystérieux que complexe. On pense à Esben & The Witch mais aussi à des groupes comme Iliketrains ou Her Name Is calla (qu'on regrette déjà et dont on chroniquera le dernier album bientôt) par cette capacité de mêler ambiance sonique et recherche mélodique.

 

'Belong' mélange ainsi une certaine douceur vocale avec des passages hypnotiques et d'autres franchement tribaux. Et quand une voix féminine vient se poser, proposant un moment de détente plus inquiétant qu'autre chose, on ne s'attend pas franchement à l'explosion finale d'un morceau qui nous laisse exsangue...

 

Quelque part 'The Moon Into Blood' est un morceau beaucoup plus classique. Son rythme doucereusement chaloupé, varie finalement assez peu, les chants se marient et se répondent pour créer une ambiance vaporeuse particulièrement agréable, et on se retrouve finalement habité par une sensation automnale particulièrement prononcée. Et l'espoir que ce groupe découvert au hasard nous propose bientôt de nouvelles merveilles.

 

lyle

 

jauge9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

Écrire un commentaire