Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Eric in the Kitchen, le Motel, le 14 février 2018

 

Il y a plus de 20 ans, Lush écrivait dans 'Heavenly Nobodies' :

"But do you really want to meet

The ones who write your dreams

Believe me, it's a fantasy

You won't like the reality

If you want heroes keep them safe

They don't stand up to life...".

Je n'ai pas un rapport aussi fort avec la musique de Eric in the Kitchen, d'ailleurs je ne pense pas avoir jamais eu ce genre de rapport avec la musique de quiconque, mais il m'a toujours été très difficile de rentrer en contact avec les gens dont le musique me parlait le plus (j'ai des souvenirs douloureux d'avoir tenté de parler aux membres de Low ou d'Addict par exemple). Alors j'avais une certaine appréhension à aller voir sur scène quelqu'un que je soutiens en ces pages depuis la sortie de 'A heart of clouds and stars' et avec qui je suis en contact écrit via les réseaux sociaux...

eric.jpg

Alors certes, le Motel est un lieu convivial (pour les non-parisiens ou les nombreux parisiens qui n'y seraient jamais allés, c'est grand comme votre salon et il y a deux canapés un peu miteux comme dans votre salon) dans lequel la distance artiste / public est assez particulière. Il était aussi malheureusement plutôt vide un soir de St Valentin et de match raté du PSG en LdC... Mais Eric devait y jouer exceptionnellement, vu le format de la "salle", en format duo (le batteur restant donc dans le "public") ce qui rendait la performance du soir encore un peu plus intrigante...

 

Soyons clair, dès les premières notes du premier titre, il était évident que la soirée allait être une réussite. Le son se montre particulièrement clair et précis pour une salle de cette taille, où même les voix sont particulièrement bien mises en valeur. Et s'il y avait quelques craintes sur l'interprétation live de titres crées pour un projet aussi ambitieux que casse-gueule (un EP par mois pendant toute l'année 2017), elles sont vite levées : on a l'impression que le duo joue ces morceaux depuis toujours... La basse est impeccable, la guitare lumineuse, le chant au top... certains des morceaux paraissent presque plus aboutis sur scène qu'en version enregistrée !

 

Si choisir parmi les quarante titres enregistrés en une année et disponibles à la fois sous forme d'EPs numériques en "name your price" et dans un superbe double CD baptisé The Calendar Project qui sort ces jours-ci chez Paperheart, fut sans doute très difficile (seul un titre plus ancien fut joué), la setlist de ce soir fut en tout cas parfaite. Entre JAMC joyeux et mix bizarre entre les Cure et Arab Strap, Eric in the Kitchen trace sa voix quelque part entre pop, shoegaze, post-punk, noise... avec une personnalité rare et sans se soucier des modes du moment. On ne peut que vous recommander de vous procurer ses petites galettes et d'aller le retrouver sur scène... D'ailleurs mon fiston dont c'était le premier concert en est ressorti ravi !

 

 

Facebook

 

Commentaires

Merci beaucoup Lyle ! Je suis vraiment content que tu aies aimé et je suis très heureux de t'avoir rencontré ...
Bonjour au fiston ;-)

Écrit par : Eric | 17/02/2018

Répondre à ce commentaire

Absolument ravi de t'avoir enfin vu en live... et en "vrai" ! :-)

Écrit par : lyle | 12/03/2018

Écrire un commentaire