Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Elf Power - Twitching in Time

 

elf power.jpg

Label : Orange Twin

Sortie : 12/05/17

Format : CD / LP

Disponible : Partout

En écoute

 

Si le groupe précédent (Songdog pour ceux qui n'auraient pas fait attention)(ou qui liront ce billet dans le futur) n'était pas franchement une surprise parmi mes 10 albums préférés dont je n'avais pas parlé en 2017, je dois bien reconnaître que je n'aurais jamais imaginé en début d'année envisager me retrouver avec Elf Power dans mon éventuel top annuel.

 

Pas que je n'aime pas le groupe d'Athens : j'achète tous ses albums depuis déjà 20 ans et c'est le seul que j'apprécie parmi ceux du collectif Elephant Six (dont il est d'ailleurs avec of Montreal le seul à être resté toujours actif en deux décennies). Mais chacun m'avait jusqu'ici laissé un petit sentiment d'inachevé et un petit goût amer dans la bouche. Entre autre à cause d'une instrumentation souvent à la limite du bon goût et d'une tendance au portnawak foutraque, choses pas forcément inattendues quand le groupe porte un nom digne de geeks fans de D&D...

 

Oui mais voilà, à part sur l'introductif 'Halloween Out Walking' et quelques passages rares et discrets (sinon on était vraiment pas loin du 9...), Elf Power a su se montrer, pour une fois,  raisonnable et se concentrer sur ce qu'il fait de mieux : écrire des tubes psych-pop sortis d'une version fantasmées des 60's/70's à l'efficacité redoutable et qui s'écoutent en boucle avec un plaisir immense. Le genre de disque parfait pour accompagner 600 km en voiture...

 

Tous très courts (aucun ne dépasse les 3:30 à part le 'Gorging on the Feast' de conclusion), ils n'ont pas un poil de gras et mettent merveilleusement en valeur le chant de Andrew Rieger qu'on n'avait jamais entendu s'affirmer autant sur des mélodies aussi entraînantes que nostalgiques. Et si le groupe se laisse parfois tenter par une americana assez classique ('The Cat Trapped in the Wall'), c'est pour mieux ressortir les guitares musclées et les rythmes échevelés un peu plus tard... Les ambiances changent d'un titre à l'autre, mais la qualité, elle, reste constante.

 

Au final Twitching in Time est sans doute l'album le plus classique et le plus immédiat d'Elf Power, et c'est sans aucun doute mon préféré. Et la preuve qu'après 20 ans de carrière, on peut encore avoir bien des choses à dire...

 

lyle

 

jauge8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

 

Écrire un commentaire