Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Songdog - Joy Street

 

songdog.jpg

Label : Junkyard Songs

Sortie : 28/07/17

Format : CD

Disponible : Partout

En écoute

 

Il y n'a sans doute que deux groupes dans les 15 dernières années dont chaque album trouverait sa place dans mon top 20 annuel si je me faisais encore chier à en faire un : Last Harbour et Songdog. Et si j'ai parlé régulièrement du premier en ces pages, le second est resté totalement absent ici, sans doute parce qu'après la longue critique faite en d'autres pages, depuis effacées (mais traduites en anglais par le groupe), du sublime A Wretched Sinner's Song, je n'ai jamais trouvé le courage de mettre des mots sur une musique qui me touche à chaque fois si profondément.

 

Soyons honnête, les quelques mots que je vais coucher ici ne rendrons pas grâce à un album qui, s'il n'est pas le meilleur du groupe (mais pour le deuxième meilleur ça se discute...) n'en est pas moins un des tous meilleurs de 2017, malheureusement à peu près totalement ignoré en France. Il faut dire que ni americana, ni folk british et surtout loin de toute hype actuelle, Joy Street n'a pas grand chose pour déchaîner la presse. A la fois trop classique mais trop moderne pour être vintage, il se contente d'aligner 11 grands titres dont on a l'impression qu'ils auraient pu être écrits n'importe quand ces 40 dernières années, tout en sonnant parfaitement actuels.

 

Alors voilà, instrumentation parfaite (chaque note de violon, de banjo, d'accordéon... semble arriver juste au bon moment), compositions impeccables jouant sur les rythmes et les ambiances, Joy Street a déjà tout du bon disque de (dark?) folk. Mais une fois que l'on a ajouté la superbe voix chaude et burinée de Lyndon Morgans à nulle autre pareille et sa capacité à écrire des textes parmi les plus inspirés de sa génération, et l'on tient un des plus grands groupes de ces 15 dernières années. Mais plutôt que de lire ma médiocre plume, courrez écouter la sienne ! Maintenant !

 

lyle

 

jauge9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

i

   

 

Écrire un commentaire