Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Heavenly - A Bout De Heavenly: The Singles

 

heavenly.jpg

Label : Damaged Goods

Sortie : 11/12/20

Format : CD / LP

Disponible : Partout

En écoute

 

Le dernier album de 2020 dont je parlerai (oui on est fin juin, et?) ne sera donc ni un album, ni de 2020, puisqu’il s’agit d’une compilation des singles (et de leurs faces B) de Heavenly sortis entre 1990 et 1996 dont on se demande pourquoi elle n’était jamais sortie auparavant, alors que Talulah Gosh le groupe dont il était issu a lui été compilé plusieurs fois. A Bout De Heavenly: The Singles est donc indispensable à tout fan d’une certaine idée de l’indie-pop et mérite qu’on déconstruise quelques idées reçues.

 

Non, Heavenly n’est pas juste un groupe à singles. Certes la plupart de ces singles ainsi que leurs faces B sont excellents au point de se demander comment certains ne sont pas devenus des tubes indé absolus. Mais il y a, comme attendu dans ce genre de compilations, quelques moments plus faibles et forcément aucune homogénéité dans l’ambiance et le son, alors que les quatre albums du groupe (dont trois sortis chez Sarah records, référence ultime s’il en est) sont tous excellents et très cohérents en tant qu’œuvre indépendante. Bref, A Bout De Heavenly est à la fois indispensable aux fans (qui n’ont pas forcément tous les vinyles d’origine dont certains se négocient assez chers) et une excellente porte d’entrée à la discographie du groupe pour les autres. Ce n’est en aucun cas leur meilleur disque.

 

Non Heavenly n’est pas un groupe twee. Certes, comme la plupart des groupes d'indie-pop de la période, il a écouté les Pastels. Mais ses influences sont beaucoup plus larges, allant de la pop 60's au punk, et si on devait choisir ses successeurs, on les trouverait plus du côté de Bikini Kill que de Tullycraft. Il y a derrière chacune de ces bombinettes à la mélodie entraînante une acidité et une noirceur certaines. Les guitares peuvent être jangly ou surf, elles gardent toujours un petit côté abrasif et anguleux. La voix d'Amelia Fletcher est tout sauf une sucrerie même sil elle se déguste avec plaisir. Et l'apparente douceur des morceaux cache souvent bien mal un arrière-goût bien épicé et bien rugueux. Et tout ça avec une spontanéité réjouissante !

 

Au final, ce petit (17 titres quand même) bout d'Heavenly devrait trouver sa place dans toutes les bonnes discothèques et on se prend à rêver maintenant d'albums de rarities de Marine Research et Tender Trap, les groupes suivants d'Amelia Fletcher et Rob Pursey. En attendant, on écoutera le nouvel album de leur groupe actuel, The Catenary Wires. On en reparle bientôt.

 

lyle

 

jauge9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

Écrire un commentaire