Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Mexico City Blondes - Blush

 

mexico.jpg

Label : Burger Records

Sortie : 24/05/19

Format : CD /LP

Disponible : Partout

En écoute

 

Au moment de choisir de quels derniers disques parler pour clôturer 2019 avant de me consacrer à ceux, pour l'instant encore bien rares, de 2020, je me suis retrouvé bien embêté devant la pile d'albums qui auraient mérité que je leur consacre quelques lignes. Et je me retrouve au final à en choisir un dont je n'aurais pas un instant imaginé qu'il aurait si bien supporté l'épreuve du temps.

 

Certes, j'avais suffisamment apprécié le titre 'Addio' pour en faire une vidéo du jour et me procurer rapidement l'album. Mais comme beaucoup de disques du catalogue Burger Records (à part les excellents Cosmonauts) je m'imaginais que Blush aurait une durée de vie assez courte (grosse poignée d'écoute le premier mois puis une ressortie épisodique -mais toujours agréable- des étagères) d'autant que la voix d'Allie Thompson a un petit côté irritant et que le trip-hop n'est pas franchement ma tasse de thé (à part les petits frenchies de 16pac).

 

Eh bien raté. Le duo Mexico City Blondes est toujours sur la platine six bons mois après et ne semble pas décidé à vouloir en partir. Oh, certes, Blush n'est pas le genre de disque que je vais écouter 3 / 4 / 5 fois d'affilé. Ni même tous les jours. Mais une fois dans la semaine, à un moment où j'ai envie d'un truc à la fois entraînant et reposant ; rêveur et piquant ; fun et mélancolique. Un disque enveloppant et réconfortant comme un plaid sur un canapé après une longue journée de travail.

 

Il est d'ailleurs notable que derrière son habillage sonore très trip-hop (parfois presque trop sur quelques titres comme sur 'Sunny Day'), Blush est avant tout un recueil de petites bombinettes indie-pop assez irrésistibles (si j'osais, je parlerais de twee-p-hop) qui vous font balancer la tête avec un air con et vous lavent l'esprit. Qui prennent parfois un côté dreamy et hypnotique et d'autres fois un côté franchement dansant. Du tout bon si on arrive à oublier un peu le petit côté acide du chant féminin...

 

lyle

 

jauge7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

Écrire un commentaire