Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Basement Revolver - Wax and Digital EP

 

basement.jpg

Label : Sonic Unyon

Sortie : 18/10/19

Format : 12" / MP3

Disponible : Partout

En écoute

 

Si mes difficultés à écrire couplées à mon incapacité à me sentir légitime pour parler de musique m'ont souvent donné envie de tout arrêter, la seule chose qui ne cesse de me donner envie de continuer ce sont les découvertes que je n'aurais fait sans dlmds, soit via les mails que je reçois soit en me baladant sur Bandcamp pour trouver des news. Et la plus belle découverte fut via un simple courrier dans ma BAL dont l'expéditeur ne se doutait sans doute pas qu'il venait de m'envoyer le premier single de mon futur groupe favori de la deuxième partie des 10's.

 

Car oui, il a suffi de deux EPs et d'un album pour que Basement Revolver devienne mon petit chouchou de ces dernières années. Son indie-rock mélodique teinté de shoegaze et suintant la mélancolie ; la voix divine de Chrisy Hurn, sorte de diamant cabossé qui me file des frissons invraisemblables ; cette capacité à brosser d'irrésistibles bombinettes de sensations et de sentiments... Et voilà que désormais accompagné d'un guitariste supplémentaire Jonathan Malström, le groupe canadien nous propose déjà un nouvel EP 6-titres...

 

Première impression en regardant la pochette (même digitale) : voilà un groupe qui accorde encore une vraie importance à son identité visuelle. Et ça, c'est vraiment top (en plus elle est superbe cette pochette). Deuxième impression après une poignée d'écoutes : ah ouais, le groupe a musclé son jeu. Car même si Heavy Eyes avait un côté plus rock et lourd que les parfois diaphanes deux premiers EPs, ce n'était rien comparé à Wax and Digital. Le désormais quatuor n'hésite pas à y aller franchement fort, beaucoup plus musclé et décidé qu'auparavant. En particulier sur le tubesque single 'Wax and Digital' qui ouvre l'EP.

 

Et pourtant l'essentiel n'a pas changé. Ces six chansons ont une espèce d'évidence absolue. Un mélange de candeur et de détermination. D'optimisme et de désespérance. De légèreté et de nostalgie. Si l'alternance entre morceaux lents et doux avec des titres plus bruts et rythmés est toujours là, il n'y a désormais plus ce côté un peu pop doucereux qui évoquait leurs camarades canadiens de Alvvays. Basement Revolver est désormais bien un groupe de rock, bien plus sombre que dreamy et pop uniquement parce qu'il devrait connaître un franc succès.

 

lyle

 

jauge9.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

 

Écrire un commentaire