Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Ex:Re au Café de la Danse, Paris, le lundi 8 avril 2019

 

Les circonstances de la vie font que je n'ai pas assisté à un concert depuis des mois. Et le hasard fait que mon concert de rentrée est quelqu'un que je n'aurai jamais imaginé voir il y a 6 mois. Je ne tiens en effet pas en très haute estime Daughter, groupe agréable mais dont j'ai bien du mal à comprendre la hype dont il a pu bénéficier. Alors aller voir un concert solo de sa chanteuse... Pourtant je suis dans un Café de la Danse bien bien plein avec des attentes plutôt hautes...

exre.JPG

Sur son très bon premier album, Elena Tonra alias Ex:Re nous a proposé une musique entre folk noir et électro vaporeuse. Sur scène, sa proposition aura quelque chose de plus organique et viscéral, située quelque part au centre d'un carré dont les sommets seraient Kate Bush, Catpower, Björk et Zola Jésus. Le chant est absolument parfait et le trio de musicien qui l'accompagne est impeccable, avec une rythmique tantôt sourde, sèche et brutale, tantôt hypnotique et dansante. Les titres se succèdent, et si la tonalité est globalement plutôt sombre, l'ambiance, elle, est plutôt festive. Semblant réellement comblée et touchée par l'accueil chaleureux qu'elle reçoit, Ex:Re semble se décontracter progressivement, et ce malgré un petit problème technique (du coup mélange détonnant et déconnant de stress et de décontraction...), au point de partir dans un fou rire au début d'une chanson. Certes elle minaude et joue un peu trop de son évident Star Power, mais ça fait partie du jeu, un jeu qui devrait l'emmener vite dans des salles bien plus grandes.

 

Après une petite mais rondement menée heure de concert saluée par des applaudissements nourris, elle reviendra sur scène pour nous proposer en rappel une reprise très trip-hop au début du 'Everybody's Got To Learn Sometime' des Korgys qui finira en explosion sonore. Si cette soirée ne restera pas comme un grand concert (les 20 dernières minutes ont eu un côté vraiment trop détendu et il lui manque encore un répertoire plus étendu), ce fut un exemple parfait de concert qui vous fait encore plus aimé un disque (pourtant dans mon top5 provisoire de l'année) par l'éclairage nouveau qu'il vous en a apporté. Une fort bonne soirée donc...

 

Facebook

 

Écrire un commentaire