Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Japanese Breakfast - Soft Sounds from Another Planet

 

japanese.jpg

Label : Dead Oceans

Sortie : 14/07/17

Format : CD / LP

Disponible : Partout

En écoute

 

Le retour du fils de la vengeance de l'achat compulsif... Rien de neuf chez mon disquaire, une jolie pochette, un label de confiance, un titre intriguant et un nom de plume sympathique, et hop, passage à la caisse. Et si ce Soft Sounds from Another Planet n'a d'abord fait que des apparitions sporadiques sur la platine, il a fini progressivement par en devenir un habitué, au point de voir son prédécesseur rejoindre lui aussi mes étagères et de me voir prendre ma plume pour en parler, contrairement à tant d'autres albums...

 

Commençons d'ailleurs par évoquer ce Psychopomp sorti l'an dernier : court mais joli album de dream-pop un peu lo-fi, il proposait des ritournelles agréables mais oubliables dans un genre largement surpeuplé en ce moment. Il est presque difficile de croire qu'il s'agit du même auteur et il n'est pas évident que j'aurais acheté Soft Sounds... si j'avais entendu son prédécesseur d'abord. Car des les premières secondes de l'inaugural 'Diving Woman', il est évident qu'on a affaire à un disque bien plus riche et audacieux, qui ne se refuse rien pour créer une ambiance spatiale digne de son titre (même quelques gimmicks pourris comme le bien trop radio-friendly 'Machinist').

 

De belles mélodies, des rythmes variant du langoureux au dansant, des ambiances qu'on qualifiera de "space-dream-pop", tout cela est déjà fort intéressant, mais ne prend toute sa valeur qu'avec le chant de Michelle Zauner, tantôt doux et charmeur, tantôt piquant et décidé, riche de nombreuses intonations variées qui évoquent des tas de noms différents mais lui donnent une vraie personnalité forte. Tout cela donne un vrai beau disque cohérent et puissant, à qui il ne manque sans doute que d'oser un peu plus pour devenir indispensable. Mais au vu des progrès en un an, on attend avec impatience et curiosité le prochain !

 

lyle

 

jauge8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

 

Écrire un commentaire