Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Cigarettes After Sex - Cigarettes After Sex

 

cigarettes.jpg

Label : Partisan

Sortie : 09/06/17

Format : CD / LP

Disponible : Partout

En écoute

 

Incapable d'écrire la moindre ligne pendant des semaines, me voilà en train de reprendre ma plume virtuelle pour un album sur lequel tout le monde a déjà un avis... où s'en fout complétement. Car Cigarettes After Sex est l'un des rares groupes indé ayant eu une vraie hype depuis longtemps, au point d'être deux mois après sa sortie très haut dans les classements d'un certain site de vente, d'être disponible partout même au Cultura de Villeneuve sur Lot, d'avoir vendu très en avance toutes les places dans des salles de concert de taille raisonnable des mois avant la sortie de son premier album et d'avoir eu ses vidéos regardées sur YouTube par des collégiens français (je parle d'expérience) bien plus habitués aux dernières sensations rap ou r'n'b...

 

Tout cela ne serait pas si étonnant si Cigarettes After Sex n'était pas juste un disque de slowcore, sous-sous-genre pour le moins peu populaire et médiatique, de plus extrêmement discret ces dernières années, avec une bonne grosse dose de dream-pop. Personnellement, chaque écoute me fait penser aux excellents Arco (dont le sublime 'All This World' a mille fois moins de vues...) qui s'amuseraient à reprendre du Mazzy Star, ce qui semble idéalement fait pour moi mais pas franchement le genre de chose arrivant habituellement à s'installer dans le mainstream. Comment Greg Gonzalez a réussi à mener son groupe si haut reste pour moi un mystère, même si j'ai comme dans l'idée que son nom n'aura pas été pour rien dans l'intérêt qu'aura pu avoir un jeune public...

 

Pour ma part, j'ai d'abord beaucoup aimé l'album. Son rythme lent, son ambiance cotonneuse et poisseuse, son chant fragile, par moment quasi murmuré... tout cela correspond parfaitement à mes goûts et il y avait un bon moment que je n'étais pas tombé sur un disque de ce genre. Je l'ai donc beaucoup écouté. Vraiment beaucoup. Et il m'a assez vite laissé un peu d'amertume dans la bouche, ce qui ne m'a pas empêché d'y revenir très régulièrement pour un plaisir qui devenait de plus en plus fugace. Oh certes, le temps des trois premiers titres, 'K', 'Each Time You Fall In Love' et 'Sunsetz' je tombe à chaque fois sous le charme. Et puis mon attention décline progressivement...

 

Du coup j'ai ressorti des tas de disques de slowcore, des  groupes "classiques" (Codeine, Low, Galaxie 500...) ou inconnus (Arco, Tram, Broken Dog...) et l'évidence m'a sauté aux yeux : ce disque est au final excessivement creux et répétitif. Oh certes, il est musicalement parfaitement exécuté avec ses mélodies et ses textures bien douces mais tellement vaporeuses qu'elles sont envolées avant la fin de la dixième piste. Et le chant est tellement monotone pour chanter des textes sans grand intérêt (il ne suffit pas d'une petite punchline qui attire l'attention de temps en temps pour être intéressant...) qu'il finit par être soporifique.

 

Au final, Cigarettes After Sex n'est pas un mauvais disque, loin de là même, mais il promet plus que ce qu'il offre réellement. Le groupe a certes plein de qualités mais il va avoir besoin d'un peu plus de matière et d'épices pour produire le très bon disque dont il semble capable.

 

lyle

 

jauge6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

 

Écrire un commentaire