Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

This Makes Us Human - This Makes Us Human

 

this makes us human.jpg

Label : Fluttery Records

Sortie : 20/01/17

Format : CD / MP3

Disponible : En dessous

En écoute

 

Il peut paraître contradictoire que mes deux premiers albums chroniqués en 2017 (promis le rythme va s'accélérer) soient d'une part des albums de post-rock et d'autre part qu'ils soient disponibles essentiellement en version digitale (dans le cas présent, on peut commander une version CD, ce que je vais m'empresser de faire), sachant que j'ai plusieurs fois répété mon ennui progressif devant un genre ayant trop tendance à se répéter ainsi que l'importance pour moi du support physique. Mais comme This Makes Us Human est avec Lights & Motion un de mes trois disques préférés de ce début d'année, pour l'instant, en tout cas pour moi, assez pauvre en belles découvertes, je ne vais pas me priver d'en parler.

 

Pourtant il commence mal dès les premières secondes, ce This Makes Me Human, par le truc qui m'insupporte le plus dans les disques ambient / électro / post-rock, soit l'utilisation d'un extrait vocal semblant sorti d'un film ou d'une émission télé (impossible de savoir d'où il vient en l'absence de pochette...). Je n'ai jamais réussi à comprendre l'intérêt ni à trouver un morceau dans lequel cela s'intégrait vraiment. Heureusement, 'Glare' utilisera finalement peu ce gimmick et le reste de l'album pas du tout. En revanche, il ne lésine pas sur les guitares lumineuses, tantôt douces et harmonieuses, tantôt bien plus brutales, ni sur une rythmique claire et explosive. Bref, au bout des six minutes de ce premier morceau, on a en déjà plein les oreilles...

 

Et si 'Letters of Alaska' qui lui succède fait preuve d'un peu plus de douceur, il offre en revanche une immersion sonore particulièrement bienvenue et montre un groupe capable, dès son premier album d'une grande maîtrise de la mélodie instrumentale, n'abusant ni des répétitions, ni des montées de guitares entendues 100 fois, ni des ruptures de rythme intempestives. Bref c'est beau comme le soleil déchirant les nuages et ça enveloppe le corps d'une réconfortante chaleur. Mais nos italiens montrent aussi sur le relativement court 'Här Soørä' leur capacité à exceller aussi sur quelque chose de beaucoup plus speed et noisy, sur 'Hope (liesdownonatraintoBerlin)' un côté nettement plus hypnotique de leur musique et sur 'Ask the Wolf' un aspect plus cérébral et cinématographique.

 

Bref, voilà un très bel album de post-rock, certes très classique mais parfaitement maîtrisé et se renouvelant sans cesse. Du tout bon comme d'habitude chez Fluttery Records. On en redemande !

 

lyle

 

jauge8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

 

Écrire un commentaire