Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Old Seas / Young Mountains - Vanishing Lights

 

old seas.jpg

Label : /

Sortie : 09/09/16

Format : MP3

Disponible : En dessous

En écoute

 

J'ai écouté très peu d'albums de post-rock en 2016. Et encore certains étaient-ils souvent plus proches de l'ambient qu'autre chose. En 20 ans, je me suis lassé d'entendre les mêmes effets, les mêmes montées et descentes, la même tendance à privilégier la technique à l'émotion... Et puis j'ai regardé les montagnes d'albums sur les murs de mon salon, pour conclure, devant la très faible proportion (et qui ne semble faire que baisser) d'albums du genre, que je n'étais pas du tout un fan de post-rock, juste un amateur occasionnel.

 

Alors pourquoi, depuis que j'ai téléchargé (gratuitement à l'époque) il y a quelques semaines le premier album du duo suédois Old Seas / Young Mountains, est-il revenu régulièrement sur la platine, quand tant d'autres furent immédiatement oubliés ? Car si Vanishing Lights se montre assez varié, flirtant avec l'ambient ('A Journey') ou la dream-pop ('Chasing The Sun') et mélangeant finement instrumentation traditionnelle et électronique, il fait preuve aussi par moment des mêmes défauts rédhibitoires que nombre de ses congénères, comme des passages de guitares aussi répétitifs que déjà entendus mille fois.

 

Tout simplement car il se dégage de ce disque un profond sentiment à la fois organique et humain, qui vous happe, vous charme, vous installe dans un confortable cocon, avant de vous faire réfléchir. Depuis la (superbe) pochette jusqu'aux titres des 10 morceaux, tous instrumentaux ('Scarred Earth', 'Everyone Will Die... and the Universe Will Not Even Notice'), tout évoque le rapport entre l'homme et la Terre, qu'il est en train de détruire. On se laisse alors séduire par cette ode, musicalement quelque part entre Sigur Ros, Hammock et Mogwai, en se disant que le post-rock, c'est beau quand c'est composé et joué avec le cœur...

 

lyle

 

jauge8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

Écrire un commentaire