Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Mombi - The Wounded Beat

 

mombi.jpg

Label : Own

Sortie : 25/04/11

Format : CD

Disponible : Ici

 

Mon petit Kael Smith, ça ne va pas du tout ça ! Comment espères-tu qu'on parle de ton nouveau projet alors que tu sembles tout faire pour passer inaperçu ? Alors comme tu passes ton temps à changer d'identité musicale, laisse moi te donner quelques conseils pour que la prochaine fois ton disque soit présent dans tous les zines et blogs de la terre. 

 

Leçon n°1 : bien choisir son nom de plume. Mombi ? Sans dec, Mombi ? C'est une contraction de Monaco et Bambi ou quoi ? Non, parce que de la bibine coupée au sirop et un bébé faon qui a perdu sa maman, c'est sûr ça va attirer le rocker primaire qui sommeille à l'intérieur de tout indie kid. A moins que tu ne parles d'une maman aux orientations sexuelles variées... Remarque, ton précédent projet avec Matt Heron s'appelait Khale et encore avant tu étais dans Bear vs Larger Bear et Sun Cancelled, alors... D'un autre côté si tu voulais un nom un peu mystérieux mais bizarrement réconfortant, c'est assez réussi.

 

Leçon n°2 : avoir une pochette attirante. Non, parce que les quelques blaireaux qui achètent encore des disques le font parfois comme ça, sur un coup de coeur visuel. Là on va croire que c'est de la musique lente, un peu floue, boisée et crépusculaire ! Quoi, c'est de la musique lente, floue, boisée et crépusculaire ? Et alors, ils sont pas censés le savoir rien qu'en regardant la pochette ! Ils auraient bien eu le temps de s'en rendre compte dès le sublime 'Monsoon' d'introduction, plutôt sinistre dans le registre lent, mélancolique et méditatif. Du coup, le titre de l'album est quand même vachement bien trouvé...

 

Leçon n°3 : se placer dans un genre musical chouchou de la presse. Non, parce que du slowcore ? Du slowcore ! T'es sérieux là ? Mais c'est mort comme genre ça, déjà que ça n'a jamais été bien vivant... Ajoute à cela un petit côté folk mais surtout pas roots, pastoral ou entraînant. Une grosse louche d'électronica fine et discrète. Mais surtout, surtout, en n'allant jamais vers des trucs folktronica, ça pourrait être branché, hein ! En cherchant sur le ouèb, j'ai trouvé des comparaisons avec Talk Talk et Early Day Miners... Pas faux et deux bien belles références. Dommage que l'une soit ringarde et l'autre... on va dire méconnue. Remarque, moi j'aurais dit qu'un morceau comme 'Cascade Cliffs (looking down')' était pile entre du Arco (who ?) et une version plus organique et plus sombre de tes camarades de label Troubled Books (who again ?). Tiens, il y aurait même un côté jazz ralenti dans 'More coal for the miners and more meals to be given out' et un côté folk nordique dépouillé dans 'A general map of love' !

 

Leçon n°4 : être sur un label hype. J'adore Own Records. Vraiment. Chacune de ses sorties mensuelles offre quelque chose de différent et de grande qualité aux confins de l'électro, du folk et de l'ambient... Mais c'est la quasi-assurance de rester confidentiel ! A côté Kranky, c'est Universal ! Alors oui, ils avaient déjà sorti le sompteux Sleepworks il y a trois ans mais bon, si tu veux faire parler de ton disque et qu'on le trouve facilement en boutique, c'est pas idéal...

 

Leçon n°5 : avoir un producteur à la mode du moment. La présence de Keith Kenniff (Helios, Goldmund, Mint Julep) derrière les manettes explique peut-être en partie la précision quasi-chirurgicale de chaque son et la perfection de l'ambiance brumeuse créée mais c'est pas ça qui va t'assurer une présence en couverture du NME...

 

Leçon n°6 : ne pas chanter en donnant l'impression de s'excuser. J'adore ta voix. Elle a quelque chose de familier et de fragile. De réconfortant et d'enveloppant. Mais on a toujours l'impression que tu rechignes à te lancer. En ce moment, les mecs qui marchent, c'est soit la mâle assurance du branleur cool soit  la pleureuse qui nous raconte sa triste vie sous des tonnes d'effets. Avec toi, on se sent bien, on se laisse porter... ça peut pas marcher !

 

Alors voilà, la prochaine fois, tu reviens sous le nom de The Kronenglams avec un album lo-garage-pop-gaze chez In The Slumber Pitch Records nommé Blow Me avec un mannequin à poil en couv'. Ou alors tu continues de nous offrir des petits bijoux de raffinement et de délicatesse, alanguis et rêveurs, en espérant voir enfin s'élargir ton public. Oui, je crois qu'on va plutôt faire comme ça, en fait... A bientôt alors !

 

lyle

 

jauge9.jpg

 

  

 

 

 

 

http://mombi.bandcamp.com/album/the-wounded-beat

 

Écrire un commentaire