Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

 

Last Harbour - Volo

 

last harbour.jpg

Label : Little Red Rabbit

Sortie : 22/02/10

Format : CD

Disponible : Partout

S'il y a quelques jours je m'interrogeais sur la difficulté de parler d'un disque  d'un groupe pour lequel on a une trop grande affection (et que l'on connaît par coeur), c'était en particulier en pensant à Vola, le nouvel album de Last Harbour. Car si on le compare a leur premier mini album, An Empty Box Is My Heart (c'était il y a dix ans déjà...), on ne pourra que constater les immenses progrès effectués par le groupe, alors que l'écoute après les deux chefs-d'oeuvre que sont  Hold Fast, Pioneer et Dead Fires & The Lonely Spark (tous les deux sans aucun doute dans mon top50 voire 25 des 00's) se révèle bien plus difficile.

 

Pourtant le groupe n'a pas franchement bouleversé son style, digne héritier à la fois des Tindersticks et de Nick Cave. Musique tenant plutôt du folk, parfois légèrement médiévisant, mais toujours très orchestral. Voix de baryton capable de donner des tonalités chaudes et séductrices comme de vous précipiter dans un puits lugubre et sans fond. Les passages de corde sont toujours aussi somptueux et raffinés, capables d'une douceur extrême juste avant de vous glacer le sang. Un groupe qui fait preuve d'une ambition dans son orchestration "classique" comme aucun de ses contemporains.

 

Mais on retrouve en plus une emphase, une démesure, qui confinent par moment au too much. Ainsi la symphonie baroque et menaçante 'Sunken Bells' a-t-elle tendance à sombrer un peu dans un grand-guignol digne de petites séries B horrifiques. 'All Of My Triumphs Are Written In Your Hand' a tendance à en faire un peu beaucoup dans le pathos. Les cuivres agressifs de 'The Loom' semblent un peu plomber une chanson jusque là impeccable. Toutes ces sautes d'humeur et d'ambiance rendent l'album plus difficile à appréhender et ne permettent pas de saisir l'auditeur comme ses deux prédécesseurs excellaient à le faire.

 

Et puis on s'interroge sur le fait  que l'album soit séparé en quatre parties, précédées chacune d'un court interlude (nommés (i), (ii), (iii), (iv)...) parlé en français. On cherche à en savoir plus sur l'évolution des ces quatre "actes" (à part le dernier, un début calme suivi d'un morceau épique puis d'un titre très sombre), à découvrir comment et pourquoi ils s'agencent (sans doute difficile à comprendre sans se plonger plus profondément dans les textes). Et puis on finit par être convaincu que le groupe a placé là quelques-uns de ses plus beaux titres, comme le lumineux 'The Fever', l'ultra-épique 'Lights' ou le délicieusement calme au début  'If They're Right', le morceau de conclusion qui finit en apothéose, dans un album dont la totalité des ambitions ne me paraît pas forcément immédiatement compréhensible.

 

Bon, tout compte fait, Volo est un très bon album, sans doute un des meilleurs de l'année et s'il est peut-être (on verra avec le temps...) un peu en dessous de ses deux prédécesseurs, il est surtout différent, montrant une nouvelle facette d'un des groupes les plus injustement méconnus de ces dix dernières années.

 

 

lyle

 

jauge8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

http://www.myspace.com/lastharbour

 

Écrire un commentaire