Last Harbour - Saint Luminous Bride

 

 

last harbour.jpg

Label : Little Red Rabbit

Sortie : 25/05/09

Format : 10" / dowload

Disponible : Import ou par correspondance

Loin des modes et de la hype qui créent et détruisent les groupes à des vitesses toujours plus folles, Last Harbour continue de perfectionner son art et à produire des petits bijoux malheureusement ignorés non seulement du grand public (qu'on imagine mal les adopter...) mais aussi par la majeure partie des amateurs de musique trop souvent à la poursuite des dernières nouveautés quand de nombreux petits groupes font toute leur carrière dans l'ombre.

 

D'ombre et de lumière, il est en question dans ce nouvel EP, Saint Luminous Bride, qui en plus de la chanson titre extraite de l'album Dead Fires & The Lonely Sparks sorti l'an dernier (et dont trois titres en version alternative ont été offerts sur un EP gratuit en début d'année) propose trois nouvelles chansons nées des mêmes sessions d'enregistrement que l'album et dont on se demande immédiatement comment elles n'ont pu y trouver leur place, eu égard à leurs très hautes qualités.

 

On réalise cependant bien vite que si Dead Fires & The Lonely Sparks était un album hivernal, dans tout ce que l'hiver peut avoir de froid et de réconfortant à la fois, et dont 'Saint Luminous Bride' était le morceau le plus rock (ou plutôt le plus sombre et rythmé, rock étant un qualificatif finalement peu adapté), on est carrément ici au milieu de la nuit en plein milieu d'une tempête de neige et que les titres, aussi bons soient-ils, n'auraient sans doute pas permis de garder toute sa cohérence à l'album. Loin désormais des comparaisons faciles avec Nick Cave ou les Tindersticks (mais le chant y est pour quelque chose), le groupe évolue dans son univers propre, créant une ambiance sombre, urbaine et nostalgique d'une époque depuis longtemps disparue.

 

'The Rifleman & The Bird' morceau court et nerveux évoque à la fois, dans une sorte de folk dérangé, la violence de The The et la noirceur de Swans, alors que 'Brothers', nettement plus long,  commence comme une très belle ballade lumineuse et froide, dont le rythme va s'accélérer progressivement, laissant la place à un violon plus menaçant, à un chant plus douloureux, pour finir dans une orgie instrumentale à laisser pantois nombre de groupes post-rock. Le court instrumental 'Hewn' où les cordes se refont plus douces, permet de reprendre ses esprits et d'affirmer définitivement la présence de Last Harbour parmi les groupes majeurs de notre époque. Certes, il ne s'agit pas d'une musique facile ou agréable, mais d'une musique d'une froide splendeur, qui nous fait sentir, qui nous fait battre, qui nous fait vivre.

 

Par sa capacité à provoquer un maelstrom d'émotions et à proposer autant en 15 minutes, cet EP se classe définitivement parmi les plus brillants que j'ai pu écouter.

 

lyle

 

jauge10rouge.jpg

 

 

 

 

 

 

http://www.myspace.com/lastharbour

 

Écrire un commentaire